Liberté d’expression

Un jour, Okapi m’a demandé d’illustrer le courrier d’un lecteur, qui disait qu’il en avait assez qu’on l’oblige à aller à la messe le dimanche.

pas publiable

J’ai dessiné ça. Il était évident que ça ne serait pas publié, mais au premier degré, ça me faisait rire.
(Et au deuxième degré, je trouvais aussi que ça posait une vraie question. C’est l’image d’un homme supplicié, et j’ai toujours trouvé terrible qu’une religion ait ça pour symbole. Mais ma seule solution, c’est d’en rire plutôt que m’étouffer d’horreur… Parce que le blabla « il est mort pour nous sauver » ne m’a jamais consolée. Au contraire, je trouve ça pire. Mais bon, ce n’est pas mon sujet d’aujourd’hui…)
Ça les a fait marrer aussi, chez Okapi. Juste ils ont dit : « Tu sais qu’on peut pas, hein ? »
Je savais et ça ne me posait pas de problème, j’ai dessiné autre chose. C’est normal.
Okapi, c’est Bayard Presse. Et Bayard Presse est un groupe de presse catholique.
Bayard Presse et Okapi sont Charlie, mais ils ne sont pas Charlie Hebdo.

Alors je l’ai publié sur ce blog, et quelqu’un en a été offensé. On a discuté un moment, il n’a pas changé sa position, ni moi la mienne. Je pense qu’il a juste cessé de lire mon blog, et de s’intéresser à moi et mon travail, ce qui est son droit le plus absolu.

J’ai été ce gamin. Celui qu’on force à aller à la messe le dimanche. J’en ai déjà parlé plusieurs fois : de la maternelle à la 4eme, j’étais scolarisée au XIXeme siècle, chez Mère Marie de la Trinité et ses Sisters.
Il y a des gens très bien et très intéressants, chez les religieux. Mais, en ce qui concerne Mère Marie et son Orchestre, j’ai le souvenir d’une bande de vieilles moisies, qui naviguaient de la niaiserie à l’aigreur.
Catéchisme, prières avant les cours, confessions à la chapelle, leçons de morale condescendantes et culpabilisation systémique… Pas une étincelle en 10 ans, qui m’aurait fait entrevoir ce que c’est d’être dans cette « joie du Christ », dont elles nous rebattaient les oreilles.

Je n’étais pas là par hasard. Mes parents étaient cathos, croyants, pratiquants, membres actifs de l’équipe paroissiale, ils préparaient la messe avec le curé, ils lisaient les écritures pendant le service, mon père menait vaguement l’embryon de chorale, et gérait la maintenance des bâtiments… Et ma mère, une fois à la retraite, a débuté des étude de théologie et d’exégèse à la fac catho.
Donc, j’avais aussi messe le dimanche, progressivement à coup de pieds dans le Q, jusqu’à ce que l’adolescence me rende assez hargneuse pour qu’on me lâche enfin.

J’aime mes parents.
J’ai moins aimé Mère Marie et consorts.
Et les 2 conjugués, j’ai pas mal manqué d’oxygène en ce qui concerne la religion. On ne m’a pas invitée dans la spiritualité et la croyance, on m’a gavée comme une oie sans jamais respecter mon libre-arbitre.
Croire n’était pas une proposition, c’était une injonction.
Mais la Foi, ça ne se commande pas. Ça ne se fabrique pas, ça ne se force pas.
On l’a. Eventuellement on doute. Ou on ne l’a pas. On ne choisit pas. On peut essayer de se battre pour y arriver, mais il y a des gens pour qui ça ne marchera jamais.

Si on ne l’a pas, prétendre qu’on l’a est un mensonge.
Et le mensonge est un péché. C’est l’oeuvre de Satan, paraît-il.
Etre obligé de prétendre qu’on a la Foi, parce que dans certains pays, l’apostasie est un crime ou que ça fait de vous un citoyen de seconde zone, c’est un péché qu’on vous force à commettre.

Et qui sont ceux qui forcent ce péché à exister ? Qui sont-ils pour s’arroger le droit de décider, de juger et de punir ?
Pensent-ils que Dieu, ou Allah, le Tout Puissant, ne l’est pas suffisamment pour s’occuper lui-même de cette affaire ? Que sa Très Grande Miséricorde ne s’étend pas à ceux qui ne croient pas en Lui ? Voire même à ceux qui le moquent ?
Lui qui est au-delà de notre compréhension, Il serait mis en danger par des petits dessins et des moqueries ?

Et quel est le plus grand péché ? Se moquer ou tuer ?

Quel danger si terrible représente l’Incroyant, pour que le Croyant aille jusqu’au crime ?
L’Incroyance, c’est une question face à ce qui relève de l’évidence absolue pour le Croyant.
L’Incroyant ne croit pas. Voire même il s’en fout.
L’Incroyant, c’est le spectre de la Désacralisation. C’est aussi le risque du blasphème et de la caricature.
L’Incroyant, au fond, c’est le Doute jeté à la face du Croyant.

Est-ce donc cela qui est insupportable ?

Faites quelque chose pour protéger un autre être humain :
Signez les pétitions pour sauver Raif Badawi.

 

Partager/Marquer

Je suis Charlie… (Mise à jour)

Pour Charlie Hebdo

Hier, ma très estimée et talentueuse collègue Flore Balthazar a regretté qu’en tant que dessinatrice, je n’ai pas dessiné Honoré sur ce nuage.

Alors voilà, hier jeudi vers 10h00, j’étais quelque part dans Paris, loin de chez moi, et j’ai reçu ce coup de fil de Bayard Presse, qui demandait à tous ses dessinateurs s’ils accepteraient de faire des dessins qui seraient publié dans la Croix. Dessins qu’il fallait envoyer à midi. (update de 11h48 : Et finalement, ils n’en publieront que 8. C’était bien la peine.)
Le temps que je rentre chez moi, que je dépote à l’arraché cette idée qui mûrissait dans ma tête depuis mercredi, je n’ai pas consulté la presse pour répondre à cette question qui me taraudait : « Qui sont les autres victimes, qui sont ces inconnus qu’on ne cite pas ? »

Et puis j’ai vu.
Pouvais-je les dessiner tous ? Non. Horreur de cette phrase : ils sont trop nombreux.
Et puis il y a les blessés. Et puis, il y a les vivants. Et tous sont victimes.
Les 4 qu’on cite toujours sont juste les plus connus, ceux qui étaient debout sur la barricade. Honoré était moins connu, mais il était un des plus anciens dessinateurs de Charlie et j’admirais son travail.
Alors j’ai pas mal réfléchi à une façon de le rajouter. Hélas, l’image était déjà trop chargée.

Mais le voilà quand même…. Et je pense à tous les autres. Et en particulier à l’agent d’entretien qui a été abattu si gratuitement, et au policier et au correcteur musulmans.

Et à Bernard Maris dont la disparition chagrine beaucoup ma maman qui a 86 ans.

Honoré, dessinateur à Charlie Hebdo

Pour tous.

1610859_10152455518892126_457036129041896754_n

Half a bottom

Un demi-popotin est caché dans cette image. Sauras-tu le trouver ?

Half a bottom is hidden in that picture. Will you find it ?

(ça y est, j’ai trouvé une info comme quoi le mot « wazoo » n’est pas un mignon équivalent de popotin) (dommage)

(Found, at last, an info stating that wazoo is not as cute a word as I hoped) (too bad)

Half a bottom. Un demi popotin.