Grande Question de Printemps

Robert is still alive. Je l’ai déterré accidentellement il y a un mois, parce que, dans un instant d’égarement, j’ai nettoyé le balcon bien avant la date habituelle. Bon, c’est sa faute aussi, je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’il hiberne dans ce pot-là.
Alors je l’ai vite enfoui à nouveau et arrosé un peu. Mais j’ai pas replanté le gazon mort par-dessus, quand même. Depuis, je ne l’ai pas revu, mais aujourd’hui, il se pourrait que ce soit des traces de mucus dans le pot du platycodon.

Bob, l'escargot principautesque.

Bob, l’escargot principautesque, en 2012 ou 13…

Cette année, il n’y a pas que Robert à guetter. Car des rivaux se sont infiltrés discrètement l’an dernier, cachés dans un pot d’oeillets… Minuscules et furtifs, aussi prolifiques que la perfide Janine et son innombrable famille, mais heureusement beaucoup moins gloutons.

ambrette-noireEt je dois remercier l’Observatoire de la Biodiversité des Jardins qui les a aimablement identifiés : ce sont des ambrettes.
J
e ne suis pas bien sûre que leur longévité soit comparable à celle de Robert.

Ce week-end…

Signature à Arsac-en-Velay, Livrévasion 2015

Edit du 11 avril : Ou comment se prendre la honte pour pas très cher : se rendre compte après quelques heures de présence sur place, que la commune où se déroule le salon ne s’appelle pas Arc-en-Velay comme vous l’aviez annoncé ici en fanfaronnant, mais Arsac-en-Velay.

Spabien de pas retenir correctement le nom des gens qui vous invitent si gentiment (et qui vous traitent limite comme une star parce qu’ils sont si contents d’avoir enfin convaincu un auteur-jeunesse de venir jusqu’à eux. ) (mais en fait, il y a aussi Claudie Ogier) (et peut-être bien une 3eme personne, faut que j’aille voir de près)

Edit du 12 avril : je m’aperçois que lorsque j’ai fait la correction sur Arsac, le « é » de édition a sauté. Tant pis. Strotard. Mais faut que je mette cette police à jour.

C’était très sympa.
J’ai eu comme voisins de table d’un côté un sénateur, et de l’autre M.Pierre Petit, auteur (entre autres) des Orgues du Diable (j’adore ce titre) avec lequel j’ai passé d’excellents moments.
J’ai lu dans le train du retour un recueil de ses nouvelles intitulé « La Chatte de Navacelles » et c’est vraiment très bien (surtout « Adieu au Mobile » et « Sous la Dune »… mais le reste aussi !).
Et je vais l’offrir à ma Maman dès demain.

Retour de salon

Quand on signe, on a des moments creux.
Surtout quand on revient de déjeuner avant tout le monde y compris le public, parce qu’on n’aime pas traîner à table et qu’on a besoin de doses de solitude à fréquence rapprochée.

En plus, je ne sais pas qui je dois remercier dans la merveilleuse chaîne du monde du livre, mais les libraires n’avaient obtenu que 22 exemplaires de mes bouquins (tous réimprimés dans les 6 mois passés) : zéro tomes 1, cinq tomes 2, et dix-sept tomes 3 ancienne édition. J’en ai signé 13 samedi après-midi, et dimanche à 15h00, le reste était plié.
Après, faut s’occuper jusqu’à ce qu’on ait la chance qu’un confrère doive repartir pus tôt que tout le monde et en taxi, et qu’il y ait de la place dans un TGV à 17h34, au lieu de poireauter jusqu’à 19h59.
A part ça, le salon était très sympa, et on a été très bien accueillis dans un cadre très agréable.

Monsters monstres

Toujours emporter un carnet de croquis. Non, j’ai pas dessiné ça par ce que j’étais énervée. J’aime bien dessiner des choses à l’opposé de ce que je dois dédicacer. Ça crée une tension intéressante.

Sur la tête de celui de gauche, il y a une sorte de créature qui essaye de s’extraire. C’est parce que j’étais assise à côté de Baba et son Piou, alors par capillarité, il y a des trucs piouesques qui sont apparus.
Après, j’ai même dessiné un dark Piou, mais je suis partie trop vite pour avoir le temps de le lui donner.

dark piou

J’ai une fascination pour les BDs muettes… Surtout que les miennes causent beaucoup.