A propos PrincessH

Princess H, illustrateur freelance, dessine pour la presse magazine, l'édition, la communication institutionnelle. Elle est l'auteur de la bande dessinée "Le journal de Julie" publiée par Milan, dans la collection BD Kids.

La Croix : 22 septembre 2016

in La Croix, 22 septembre 2016

in La Croix, 22 septembre 2016

J’ai l’impression de changer de style chaque semaine (oui, je sais, c’est pas une impression), c’est pas très cohérent et c’est un des symptômes de ma Boulettitude.
Bref, je suis pas contente du graphisme de ce dessin ; mais sur le fond, il résume bien une indignation qui ne me lâche pas, bien que je sois « valide »…
Mais je suis tellement fatiguée/saturée que j’en suis à faire ce que je peux.

Partager/Marquer

C’est la rentrée, je suis énervée.

burketc

Je le redis : je ne suis pas pour le voile, le burkini et autres inventions qui s’appliquent à masquer les femmes dans le champ public ; sous, entre autres, l’exaspérant prétexte de ménager les pulsions des hommes.
Lesquels ne sauraient pas se contrôler, mais seraient malgré tout compétents pour dominer la société et diriger la majorité des états de cette planète.
Alors que pas les femmes, bien sûr.

Je ne suis pas non plus pour les photos de femmes dénudées qui nous polluent à tous les coins de rue pour vendre des bagnoles, des crèmes anti-cellulite, des yaourts ou des moissonneuses-batteuses ; ou pour voir des bimbos se tortiller en short moule-foune dans des télé-réalités qui les méprisent.

Doit y avoir un juste milieu quelque part.
Et des hommes qui trouvent normal de savoir se tenir, sans reporter cette responsabilité sur les femmes.

En attendant, je suis juste pour qu’on foute la paix aux femmes « voilées », même si elles font des choix qu’on n’approuve pas.
Tout en me posant la question de la pression qu’elles mettent aux autres, volontairement ou pas.
Mais leur imposer de se dévoiler en leur reprochant d’être voilées par contrainte, c’est juste la même contrainte à l’envers.
Ma conclusion : Qu’on foute la paix aux femmes, qu’on les laisse faire leur chemin personnel.
Et soyons là pour celles qui demandent de l’aide.

edit 31 août : un éclairage chagrinant en réponse à cette question que je me pose…