Yelling Shark with stilettos

Le problème quand on tient un sketchblog depuis 12 ans, c’est qu’on finit par ne plus savoir ce qu’on a publié ou pas…
Je prévois de fabriquer des albums dans l’arrière-boutique que je pourrais consulter facilement. Mais là, je suis un peu occupée à faire des cartons et à comparer des simulations de prêts immobiliers sa mère la fucking truie.

Was I published here ? Was I ? I d'ont know...

Was I published here ? Was I ? I don’t know…

The problem when you are running a sketchblog for 12 years, is that you end up not knowing wether some sketches have been published, or not…
I began to make albums behind the scene that I can consult easily ; but right now, I’m a bit too busy packing boxes and comparing bloody cryptic mortgage loans.

 

 

Partager/Marquer

La Croix : jeudi 10 mars 2016

Manger des animaux

– I’m trying to evaluate how many animals I ate, partially or totally, in my entire life, Josy… And I’m wondering how they were treated.

J’ai failli dessiner un empilement d’animaux morts. Mais c’était trop long à faire au tarif où je suis payée ! Mais surtout, ç’aurait été trop trash.
Mon idée n’est pas de culpabiliser (d’ailleurs je mange de la viande). Le truc qui me tracasse, c’est plutôt de se rendre compte de la quantité d’animaux qui meurent pour qu’on en ait un morceau dans son assiette en tant qu’individu.
Bien sûr, quand on tue un boeuf, on est nombreux à le manger. Mais si on en mange une fois par semaine, il y a peu de chances que d’une semaine à l’autre, ça soit le même boeuf.
Donc, 2 steaks dans mon assiette = 2 animaux morts.
Si on mange du poulet une fois par semaine pendant 70 ans, ça fait 3640 poulets morts…
Si on mange 50g de saumon sur des sushis, ça fait un saumon mort. Si on en remange 3 jours après, ça sera pas forcément le même…
Et ne parlons pas d’une assiette de grenouilles ou d’escargots…

Je pense à cette phrase entendue dans le film biographique sur Temple Grandin :
 » Of course they’re gonna get slaughtered. You think we’d have cattle if people didn’t eat ’em everyday? They’d just be funny-lookin’ animals in zoos. But we raise them for us. That means we owe them some respect. Nature is cruel, but we don’t have to be. I wouldn’t want to have my guts ripped out by a lion, I’d much rather die in a slaughterhouse if it was done right. »

Que je traduis pour mes camarades non anglophones :
« Bien sûr que le bétail va être abattu. Vous croyez qu’on en élèverait si les gens n’en mangeaient pas tous les jours ? Ce serait juste de drôles d’animaux dans les zoos. Mais nous les élevons pour nous. Ça veut dire qu’on leur doit un peu de respect. La Nature est cruelle, mais nous ne sommes pas obligés de l’être. Je ne voudrais pas être éviscérée par un lion, j’aimerais bien mieux mourir dans un abattoir, à condition que ça soit fait correctement. »