Retour de salon

Quand on signe, on a des moments creux.
Surtout quand on revient de déjeuner avant tout le monde y compris le public, parce qu’on n’aime pas traîner à table et qu’on a besoin de doses de solitude à fréquence rapprochée.

En plus, je ne sais pas qui je dois remercier dans la merveilleuse chaîne du monde du livre, mais les libraires n’avaient obtenu que 22 exemplaires de mes bouquins (tous réimprimés dans les 6 mois passés) : zéro tomes 1, cinq tomes 2, et dix-sept tomes 3 ancienne édition. J’en ai signé 13 samedi après-midi, et dimanche à 15h00, le reste était plié.
Après, faut s’occuper jusqu’à ce qu’on ait la chance qu’un confrère doive repartir pus tôt que tout le monde et en taxi, et qu’il y ait de la place dans un TGV à 17h34, au lieu de poireauter jusqu’à 19h59.
A part ça, le salon était très sympa, et on a été très bien accueillis dans un cadre très agréable.

Monsters monstres

Toujours emporter un carnet de croquis. Non, j’ai pas dessiné ça par ce que j’étais énervée. J’aime bien dessiner des choses à l’opposé de ce que je dois dédicacer. Ça crée une tension intéressante.

Sur la tête de celui de gauche, il y a une sorte de créature qui essaye de s’extraire. C’est parce que j’étais assise à côté de Baba et son Piou, alors par capillarité, il y a des trucs piouesques qui sont apparus.
Après, j’ai même dessiné un dark Piou, mais je suis partie trop vite pour avoir le temps de le lui donner.

dark piou

J’ai une fascination pour les BDs muettes… Surtout que les miennes causent beaucoup.