Brooklyn Bridge

Je pouvais pas la couper, celle-là.
J’ai appris ces jours-ci qu’on ne pouvait plus visiter la bourse de New-York depuis le 11 septembre.
Et en retombant sur cette page, ça m’a fait drôle de voir d’un côté le souvenir de cette visite et de l’autre le World Trade Center où on est allés le même jour…

New York Stock Exchange, Brooklyn bridge, le WTC...

Le truc que j’ai trouvé frappant à Wall Street, c’est à quel point cet endroit extrêmement technologique et symbole de puissance économique, ressemble à un marché à la criée, avec des types hystériques en bras de chemises qui hurlent comme des possédés, et des cochonneries partout parce qu’ils jettent tout par terre… ça paraît tellement primitif par rapport aux enjeux…
En même temps, pour ceux qui savent pas, il y a une sculpture d’un énorme taureau couillu et aggressif sur une place à côté, et c’est assez raccord.

Un truc rigolo quand on est sortis : Les rue étaient sillonnées par un camion plein de types chauves en saris jaunes qui agitaient des clochettes en chantant Hare Krishna… ça au milieu des buidings ultra-modernes et des gars en Armani, c’est New-York…
Quand je vous dis que ce carnet est vraiment très en dessous de ce que j’aurais voulu qu’il soit !

Pour en revenir à ce qu’on pouvait faire avant le 9/11 et qui est sûrement impensable aujoud’hui, George nous a donc fait visiter le City Hall, c’est à dire l’hôtel de ville de New-York.
On est arrivés comme ça, il a jeté au planton à l’entrée : « Je vais leur faire visiter ! »
J’ai cru qu’ils se connaissaient, mais rétrospectivement j’en suis pas si sûre. Et on a tout visité, sauf le bureau personnel du maire. Mais on est entrés dans tous les autres bureaux, salles de réunions, etc… Et personne ne nous a demandé ce qu’on faisait-là… Mes frères se sont même photographiés sur les petites tribunes des salles de conférence, avec les drapeaux et l’aigle américain dans le dos…
Sans George, on n’aurait jamais envisagés une telle visite. Et je ne suis pas sûre qu’en France, ç’aurait été possible, même avant l’époque Vigie pirate.

Dans un prochain épisode, j’explique le Tom Kha Kaï… et après, les merdouilles que j’ai achetées.

Partager/Marquer

Guggenheim et évasion

New-york

Le guide du Guggenheim dit : « If you’re here for the tour, I’m about to begin in five minutes/si vous êtes là pour le tour, je vais commencer dans 5 minutes. »
Il avait l’air chargé aux anti-dépresseurs, il nous regardait comme un lapin pris dans les phares, et sa voix qui atteignaient péniblement les 2 décibels…. Top confort.

Là, normalement, y’a une autre page super-intéressante (si si! sans déconner !). Mais je l’ai pas dessinée.

Et pis y’a celle d’après que j’ai complétée pour l’occase.

New-york

Et pis y’a Pétronille qui m’a taguée.

Mettre le lien de la personne qui vous a taguée. Mettre le règlement sur votre blog. Mentionner 6 trucs sans importance sur vous. Taguer 6 autres personnes et les prévenir sur leur blog. »

Ouais, taguer 6 personnes, ça va me prendre un temps fou hein, paske j’ai déjà du mal à me taguer moi-même, avec la crise financière principautesque qu’on est en train de se manger, que le peuple est dans la rue, et que je crains le décollement de chef.
Alors bon, qui en a envie se tague en mon nom, oki? Et j’irai confirmer si on me le demande.
Sauf pour Queenofclay parce qu’elle, c’est écrit dans le premier amendement de la Constitution Principautière qu’elle est taguée.

1 – j’ai une petite rhinite allergique. Oui, au mois d’octobre, doit y’avoir encore des trucs qui pollinisent, puisque le climat, c’est de plus en plus n’importe quoi…

2 – Je me ronge les ongles des pieds avec les mains, mais des fois aussi avec les dents. Si ! j’y arrive hyper-fastoche.

3 – Quand j’étais petite, on avait 3 cochons d’inde très beaux. Un mâle qui s’appelait Guguss, et deux femelles : Petites Pattes et Trottinette. Un jour, ils se sont enfuis dans le jardin et se sont installés sous un gros tas de bois. Un an après, ils étaient 40.

4 – Mon vélo a été volé, y’a 5 ans. Je suis bien contente qu’il y a des vélibs maintenant.

5 – J’ai fait du Tom Kha kai pour midi. C’est la première fois, j’espère que ça sera bon.

6 – Quand j’écris, j’utilise toujours des transition comme bon, ben, et, mais, donc, enfin, alors, ceci étant…. Et ça m’énerve. Mais j’arrive pas à ne pas transitionner.
J’arrive pas non plus à arrêter de dire p*t*ain en début de phrase. Si vous avez une unité de décontamination ou un exterminateur de neurone malpoli, je suis preneuse.

Ça se gâte…

non, pas pour Julot et Stéphanie, ni Nicolas et son syndrôme de Frère-poule, mais pour le carnet de voyage.
J’ai prévenu en commençant la série que c’était un carnet lamentable.

New-york

Oui, Julot et Laurent, c’est le même.

Image 1 : Julot et Stéphanie détournés sur t*h*ran.
Elle : « Et à quelle heure on arrive avec touça? »

Image 2 : Julot et Stéphanie trompés d’avion
Elle : « Moi, j’ai vu des photos, eh bin je reconnais pas!… »

Image 3 : Julot et Stéphanie et le chauffeur de taxi serial killer
Julot (qui se trouve être avocat) : « I’m gonna sue you ! you know that? » (Je vais vous poursuivre ! Vous le savez, ça ? »

A l’arrivée, il dit « Mais faut pas s’énerver ! »
Et Stéphanie : « Vous avez appelé ma mère ??? Non mais ça va pas ? »

Et vous allez pas me dire, ce mariage invraisemblable méritait bien une double-page plutôt que 3 dessins minables dont 2 même pas coloriés, coincés entre Julot et Steph, et les patineurs. Ben non. J’ai laissé les autres faire des photos.

New-york

Et pourtant, rien que la voiture de mariés, et les demoiselle d’honneur en rouge sang et très distinguées, c’était quelque chose.
Lamentable, je vous dis.

Tourist song

New-york

PetiBozzo a fait une photo de la fille à l’iguane, faudrait que je lui demande…
Et le truc qui m’a le plus marquée à l’Empire State Building, c’est le hall qui est une splendeur Art déco en marbre…

New-Yorkl

En fait, les T-shirts I love New-York de cette année-là, ils étaient assez sobres et élégants. Mais j’ai eu la flemme de les dessiner.
Oui, la blonde en chemisier transparent, c’est Deborah.