La Croix : Coming Out

Coming out hétérosexuel

J’aurais bien utilisé un langage un poil plus trash, mais sur certains sujets, avec le lectorat de la Croix, faut pas être frontal.

J’ai fait 2 versions… A la Croix, le dessin ci-dessus leur semblait ambigü, genre on va comprendre « les homos nous enquiquinent avec leur coming-out… »
Moi, j’ai décidé de traiter ce sujet d’abord à cause de la manif de samedi dernier contre l’homophobie, et parce que j’ai lu un article je ne sais plus où, qui parlait d’une sportive qui a fait son coming out.
Mon ressenti, c’est que je ne comprends même pas pourquoi les homos doivent faire des coming out. Les hétérosexuels ne le font jamais !… Ça ne devrait pas être un sujet, pour personne.
Mais bon, j’ai changé le dessin. J’y vais toujours prudemment avec ce lectorat… Ça me bride même graphiquement.
Et me brider graphiquement, c’est un problème récurrent que j’ai avec ce job, d’une manière générale… Va falloir que j’arrive à trouver des angles différents.

Coming Out 2eme version

La version publiée ce matin…

 

Share

6 réflexions au sujet de « La Croix : Coming Out »

  1. Pareil, c’est de l’intime, on s´en fout, ça ne te rend ni meilleur ni pire.
    Et alors cette espèce d’obligation qu’ont les homos de DEVOIR faire leur coming out. Genre « ça se voit, quand même, c’t’évident, pourquoi il.elle ne le dit pas? »
    Au nom de quoi ? C’est d’une violence…

  2. Mais personne n’oblige les homos à faire leur coming-out. Enfin je veux dire, je ne vois pas où est la pression (hormis peut-être du côté de certains mouvements LGBT, mais je peux me tromper).
    Par exemple, je ne comprends toujours pas pourquoi subitement, un type ou une nana déclarerait dans son entreprise « je suis homo ». Ça me laisse dans des abîmes de perplexité.
    Et que machin ou truc soit homo ou pas, on s’en fiche, tant qu’on n’est pas concerné soi-même et que ça se passe entre personnes consentantes.

    • Ben si, il y a des gens qui outent les homos contre leur gré. Il y a pas mal de témoignages sur le web.
      Et je me souviens, quand j’étais ado, j’allais dans un bistrot en face du lycée où il y avait une bande de types qui devaient avoir 5 ou 10 ans de plus. L’un d’entre eux était probablement homo, puisque les autres n’arrêtaient pas de le dire et de le vanner, à chaque fois qu’il était là. Lui, je ne l’ai jamais entendu en parler. Pas un mot. Je ne crois pas que les autres lui avaient demandé s’il était d’accord pour que ça soit un sujet de conversation et de plaisanteries permanentes dans un lieu public.
      Et quand j’étais aux Beaux-Arts, j’ai assisté à des trucs de ce genre aussi. Ce n’était pas un outing stricto-sensu, car le type concerné était ouvertement homo ; mais de la même façon, certains de ses copains en faisaient un sujet de plaisanteries publiques récurrentes. Comme quoi, même chez les artistes, il y a des lourdingueries sur la différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.