Brooklyn Bridge

Je pouvais pas la couper, celle-là.
J’ai appris ces jours-ci qu’on ne pouvait plus visiter la bourse de New-York depuis le 11 septembre.
Et en retombant sur cette page, ça m’a fait drôle de voir d’un côté le souvenir de cette visite et de l’autre le World Trade Center où on est allés le même jour…

New York Stock Exchange, Brooklyn bridge, le WTC...

Le truc que j’ai trouvé frappant à Wall Street, c’est à quel point cet endroit extrêmement technologique et symbole de puissance économique, ressemble à un marché à la criée, avec des types hystériques en bras de chemises qui hurlent comme des possédés, et des cochonneries partout parce qu’ils jettent tout par terre… ça paraît tellement primitif par rapport aux enjeux…
En même temps, pour ceux qui savent pas, il y a une sculpture d’un énorme taureau couillu et aggressif sur une place à côté, et c’est assez raccord.

Un truc rigolo quand on est sortis : Les rue étaient sillonnées par un camion plein de types chauves en saris jaunes qui agitaient des clochettes en chantant Hare Krishna… ça au milieu des buidings ultra-modernes et des gars en Armani, c’est New-York…
Quand je vous dis que ce carnet est vraiment très en dessous de ce que j’aurais voulu qu’il soit !

Pour en revenir à ce qu’on pouvait faire avant le 9/11 et qui est sûrement impensable aujoud’hui, George nous a donc fait visiter le City Hall, c’est à dire l’hôtel de ville de New-York.
On est arrivés comme ça, il a jeté au planton à l’entrée : « Je vais leur faire visiter ! »
J’ai cru qu’ils se connaissaient, mais rétrospectivement j’en suis pas si sûre. Et on a tout visité, sauf le bureau personnel du maire. Mais on est entrés dans tous les autres bureaux, salles de réunions, etc… Et personne ne nous a demandé ce qu’on faisait-là… Mes frères se sont même photographiés sur les petites tribunes des salles de conférence, avec les drapeaux et l’aigle américain dans le dos…
Sans George, on n’aurait jamais envisagés une telle visite. Et je ne suis pas sûre qu’en France, ç’aurait été possible, même avant l’époque Vigie pirate.

Dans un prochain épisode, j’explique le Tom Kha Kaï… et après, les merdouilles que j’ai achetées.

4 réflexions sur « Brooklyn Bridge »

  1. trop de suspemse !

    J’y étais en octobre 2007 et je ne pense pas que la bourse soit encore visitable (en revanche je sais qu’on ne peut plus visiter les twin towers…, rho c’est mauvais, qu’est-ce que c’est mauvais…)

    Mais pour le City Hall (qui si je ne me trompe pas est l’équivalent de notre mairie, je pense qu’en tant que bâtiment public c’est un peu normal qu’on puisse accéder à certaines parties, non ? )

    pétronille qui en peut plus de savoir ce que c’est que la Tom Kha kaï.

  2. Ah ben nous on était allés au Met pour un opéra de Philip Glass.
    Pis on était monté aussi au WTC. J’avais le vertige terrible à l’époque (j’ai encore un peu, remarque mais c’est nettement plus gérable), j’ai mis une heure à me décoller du mur le plus éloigné des fenêtres… comme il y avait du vent, je voyais l’autre tour vaciller un peu… et tout le temps qu’on a passé en haut, je me disais que ces deux barres allaient se casser la gueule, spapossib’ autrement…
    o_Ô
    Et le Brooklyn Bridge… et Brooklyn Hights… et Prospect Park… et Coney Island… et toutes les incongruités à chaque coin de rue…
    Mais alors je suis bluffée par la visite du City Hall qu’on n’a vu que de l’extérieur!

    Nan définitivement, il est terriblement chouette ton carnet de voyage! Il fait exactement son boulot: il me fait voyager, dans le temps et l’espace, me donne envie de repartir là-bas…
    :o)

  3. D’après le dessin, le taureau, non seulement il a des couilles, mais il a aussi du poil au Q. 🙂

    Elle est très chouette, la tête qui dit "Jules…".

    P’tain, 200 balles… Si on trouvait encore des spectacles à 200 balles. Bon, on en trouve, mais on ne trouve plus ça cher, maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.