Ménopause : podcast

Je suis allée parler du livre « Ménopause, début d’une nouvelle vie » sur RCF Lyon, des gens très sympas.

Le podcast est là.

(2 podcasts de moi en moins d’un mois ? Bande de gâtés !)
(Oui, l’autre podcast est là)

Extrait de "Ménopause, début d'une nouvelle vie", collection "Toi et Moi, on s'explique", éditions Bamboo.
Extrait de « Ménopause, début d’une nouvelle vie », collection « Toi et Moi, on s’explique », éditions Bamboo.

Le corps, ce champ de bataille…

J’ai eu participé hier à une discussion sur FB, à propos de la grossophobie. Ça m’a fait penser à ce dessin qui figure dans « Ménopause, début d’une nouvelle vie »
Je me souviens qu’on était à la fin du bouquin, j’étais épuisée, et il restait une dernière page blanche. J’en avais marre, et j’ai dit : « On peut bien avoir une page vide ! », et les filles m’ont dit : « Naaaan, steupléééé !… »
Alors à l’arrache, j’ai fait ça.
Et je pense que ça fonctionne à n’importe quel âge, et pour n’importe quel sexe.
Ne laissez pas les autres vous dire que vous devez détester votre corps.
Qu’ils s’occupent de leurs culs.
Votre corps est à vous, il est ce qu’il est. Prenez le temps qu’il vous faut pour vous réconcilier avec et en prendre soin, il vous le rendra.

La Croix : un dessin publié et un dessin recalé

Dans le numéro du 6 octobre, une chronique intitulée « Genre non binaire et psychanalyse » écrite par Danielle Moyse (Chercheuse associée à l’Iris, au CNRS et à l’EHESS) a été publiée, qui commence par « La psychanalyse dispose-t-elle de l’appareil épistémologique susceptible de répondre aux difficultés de personnes qui ne se définissent ni comme « homme » ni comme « femme », et décident parfois de passer d’un genre à l’autre ? »…
Donc, j’ai proposé ce dessin. 
Mais ma directrice artistique préférée a répondu qu’elle était déjà stupéfaite que la tribune en question ait été publiée, que probablement un rédac’chef allait se faire remonter les bretelles, et que le courrier des lecteurs allait exploser.
Donc, recalé.
Bien que je sois une femme et que je n’en doute pas, il se trouve que la souffrance que vivent les gens qui souffrent de dysphorie de genre, me parle profondément.
Je ne désespère pas que ce dessin que j’ai fait il y a plus de 10 ans (oui oui !)  et déjà publié ici et sur Instagram, trouve sa voie jusqu’à une publication officielle, un jour. 
Et il n’est pas impossible que ce soit dans La Croix. 
Elle et moi, on a déjà vécu un épisode comme ça à propos de l’intersexualité : recalé en mars après un entrefilet prudent, publié en novembre après une pleine page sur le sujet.
A suivre, donc.

La Ménopause toujours…

Je crois que je n’ai jamais mis une photo de moi sur ce blog depuis sa création, en 2004. Mais bon, j’ai eu droit à un article/portrait sympa de David Tapissier dans le Progrès d’aujourd’hui.
Alors je pose ça ici, sinon, le Célèbre LJVD va me gronder que je ne m’occupe pas assez de ma notoriété. (Mais bon, c’est ça, la Boulettitude, patati, patata..)