De la nature obsessionnelle des petits détails…

L’ennui avec le numérique (j’en ai peut-être déjà parlé), c’est qu’on travaille sur des grands écrans et, forcément, on zoome à mort sur ce qu’on fait.

Alors on perd un temps fou à bidouiller des détails microscopiques ou on corrige des imperfections infinitésimales, que personne ne remarquera jamais, même pas les machines qui vont imprimer la couv d’un magazine qui fait 15cm de large.

Couverture pour le Magazine Energies, Conseil Général de l'Eure.

Couverture pour le Magazine Energies, Conseil Général de l’Eure.

Des fois, je me bafferais.

 

De la création 10 : Anticorps, suite…

Sur ce dossier, la demande c’était : des illustrations humoristiques pour donner des clés d’entrée à une partie très aride du site intranet d’un laboratoire pharmaceutique. C’est un univers extrêmement concurrentiel, réglementé et surveillé, donc tous les nouveaux arrivants doivent passer par des étapes de formation très pointues : amélioration des performances, sécurité et réglementations sanitaires, confidentialité et protection des données industrielles, etc…

Donc on m’avait demandé d’étudier le personnage-anticorps du billet précédent, avec un comparse humain.
Ensuite, le client a décidé que l’anticorps, non. Parce qu’ils sont des gens sérieux, donc utiliser un petit personnage pour des visées pédagogiques, c’est quand même loin de leur culture. Alors on m’a demandé des humains, un homme, une femme, comme ça, c’était la parité

Mais, en continuant de développer la demande qui m’avait été faite, l’anticorps s’est cramponné.

The voice of Novartis

Ben oui, parce que sans lui, il n’y avait que les nouveaux arrivants, mais personne pour assurer l’accueil.