La Croix : destination de week-end

"Week-end à Tchernobyl, PrincessH pour la Croix du 29 avril 2021

Extrait d’un article du 26 avril 2021, signé Clara Marchaud, et intitulé « A Tchernobyl, Les Ukrainiens redécouvrent leur histoire »

« Devant le sarcophage en acier, terminé en 2016, Viktoria Kharlamova est émue : 
« Je ressens de la peur, de l’horreur parce que ça s’est produit dans ma patrie, mais aussi de l’admiration pour ces gens qui ont sauvé des vies au prix de la leur. C’est grâce à eux qu’on peut être ici. »

La jeune femme de 23 ans est venue d’Odessa avec huit amis pour échapper au confinement strict depuis plusieurs semaines. »

Fuir le covid en allant visiter Tchernobyl.
Ou se détendre d’une pandémie en allant visiter une catastrophe nucléaire.
On vit une époque formidable.

La Croix : on se connaît ?

"Masques", PrincessH pour La Croix du 15 avril 2021

J’ai pas mal pataugé sur ce dessin, malgré son apparente simplicité. Il y a beaucoup de choses à dire sur l’absence des visages dans notre vie, depuis un an.

Les gens rencontrés sont des silhouettes avec des yeux, et on a beau dire que les yeux sont « les fenêtres de l’âme », c’est un peu court. On ne sait pas la tête qu’ils ont quand ils sourient, ni on ne connaît leurs mimiques…
Alors on les invente en faisant un mix avec des visages qu’on connaît. Et quand le masque tombe, c’est rarement ça.

La Croix : oubliés du Monde

Je dessine le mardi pour rendre en fin de journée, donc c’est aussi la journée où j’épluche la presse alors que le reste du temps, je garde juste un oeil dessus… Mais mardi, SFR a été en panne toute la journée et j’étais coupée du monde. Est-ce à cause de l’arrivée massive des écoliers-collégiens-lycéens-profs sur le réseau ? Allez savoir… Mais c’était aussi une de ces occasions où on mesure à quel point on est devenu dépendant.
A 20h00, j’ai fini par transgresser le confinement et aller boire l’apéro chez un voisin de 80 ans dont la connexion orange fonctionnait, parce que je ne pouvais pas transférer ce dessin de mon ordinateur à mon téléphone où il restait un petit ruisseau connecté… 
Déjà, le dessin ne s’était pas transféré de mon iMac à mon MacBook, ce qui, en temps normal, se fait tout seul par la magie des clouds et autres Dropbox. Heureusement que j’avais vu passer ma clé USB perdue dans un tiroir oublié quelques jours avant…
Pour ces situations d’urgence, il va falloir que j’étudie sérieusement le mode d’emploi du-dit téléphone… auquel je ne pouvais pas accéder sans connexion internet.
Et il va falloir que je révise toutes les fonctions d’échange entre mes appareils, comme si j’avais que ça à foutre.

"Oubliés du Monde", PrincessH pour La Croix du 8 avril 2021