12 réflexions sur « Humanité animale au soleil… »

  1. je ne sais pas si tu avais lu cet article dans Télérama à propos de Nénette ?
    Il parait qu’elle est particulièrement attirée par les personnes rousses (comme elle) ; tu crois qu’il faudrait que j’aille vérifier ?

  2. Ah ben non, je savais pas. Le truc qui l’a beaucoup intéressée pendant que j’étais là, c’est le gars qui nettoyait les vitres de sa cage… Elle était assise sur un bidon, et quand il a commencé, elle est descendue et elle a roulé le bidon jusqu’à lui. Je pense pas qu’elle ait repéré les roux dans l’assistance, parce qu’elle avait le soleil dans les yeux et nous on était dans la pénombre…

  3. Bonjour !
    J’ai découvert ton blog il y a peu et je me suis payé une bonne tranche de rire !

    Donc maintenant, je l’ai mis en tête de liste des sites que je consulte dans la journée !

    Continue comme ça PrincessH.

    Stéph (call me Vroum !)

  4. elgJyn> Sans déc ? J’avoue que j’ai pas trop regardé le trombinoscope orang-outanesque, j’étais trop occupée à rater des photos.
    C’est bien possib’ qu’il s’appelle Clyde….
    (steupléééé quoi ?)

    Steph Vroum au-dessus> Encore une victime de l’interface foireuse maudite !
    Bienvenue, et ravie de t’avoir fait rire ! 😉

  5. "Humanité animale"… ce genre d’association de mots me choque. Les humains sont des animaux, famille des grands singes, la même que Nénette, notre cousine. Et, parmi les animaux, les humains ne sont pas vraiment à placer comme un exemple (la seule espèce qui cumule viol, meurtre gratuit, génocide, appât du gain et tant d’autres tares). L’humanité n’est pas quelque chose que les autres animaux ont particulièrement à nous envier.

    Cela dit, j’aime beaucoup cette photo.

    Cali > fonce et rapporte des photos de vous deux ensemble 🙂

  6. Je comprends ton point de vue, quoique je ne sois pas totalement convaincue de l’angélisme des animaux.
    J’ai hésité sur ce titre, mais c’est justement la ressemblance des relations affectives qui m’a frappée… Parce qu’on n’est pas que des ordures non plus, des fois, on est gentils, hein !

    Ça me fait penser qu’il y a qq temps, j’ai vu, sur Arte ou la 5, un fragment de documentaire où un scientifique américain parlait d’un groupe de babouins qu’il étudiait depuis 30 ans.
    Au départ, c’était un groupe de babouins comme les autres, avec des mâles alpha qui se foutaient violemment sur la gueule et qui emmerdaient les femelles (voire les violaient, me semble-t-il).
    Et puis un jour s’est passé un évènement terrible : ils ont mangé de la viande contaminée par la tuberculose dans les poubelles d’un camp de touristes.
    Et dans leur grand souci de partage, les alpha n’en ont pas laissé pour les autres. Alors ils sont tous morts.
    Sont restés les bêtas, si on peut dire. Les "goods guys", disait le scientifique, ceux qui n’étaient pas des brutes et qui étaient gentils avec les femelles. Et ça a changé la "culture" du groupe de babouins. C’est devenu un groupe extrêmement pacifique, avec des relations affectueusement tranquilles.
    Et quand un jeune babouin mâle arrive d’un autre groupe de babouins où les relations sont classiquement à base de castagne, il a été observé qu’il lui faut 6 mois pour comprendre que ça marche pas pareil dans ce groupe-là…
    Ce que j’espère, c’est que les jeunes mâles qui quittent le groupe, ne se font pas trop démonter la gueule par les groupes où ils vont essayer de s’insérer…

  7. Nan, c’est pas de l’angélisme. On trouve plein de travers chez les autres espèces aussi. Mais je crois qu’on les cumule à peu près tous à nous seuls. Sur les 2 premiers que je citais, je crois qu’on trouve le viol chez les dauphins et le meurtre gratuit chez les rats : deux espèces parmi les plus "intelligentes" après l’homme… Un rapport ? Cette capacité à raisonner s’exprime autant dans le mal que dans le bien (vu qu’elle en est complètement indépendante).

    Pour poursuivre ton exemple, les alphas et bêtas se retrouvent également chez l’homme. Mais, grâce à une magnifique invention qu’est l’argent, et comme conséquence de notre cupidité, ce n’est pas les plus costauds qui règnent mais les plus riches. Ou du moins ce dernier paramètre entre-t-il en compte pour une part supérieure à celle de la force brute.

  8. Pétronille > Oui, les dauphins sont des gros ob:sédés qui ont la b*te à la nageoire. Et même, il paraît qu’il faut pas jouer avec ceux qui s’approchent des humains, parce qu’en période de rut, on peut en arriver à le regretter.

    Krysalia > Oui, je trouve qu’il y a quelque chose de très paisible et d’affectif dans cet échange de regards, et on observe la même chose chez les humains, quand ils ne sont pas en mode" Destroy ON".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.